"Sometimes, light hides more things than it shows"

Astres des profondeurs – Poème, à Alexandre Jardin

Astres des profondeurs
à Alexandre Jardin

Au fond des océans les monstres de lumière
Sont la seule pléiade à sublimer la nuit ;
L’intrigante couleur d’un filament qui luit,
Le ballet ancestral de la clarté première,

Brillent pour oublier qu’ici l’abîme entière
Porte en son fin sillage un passé qui la suit,
Un souvenir hurlant qui rôde sans un bruit
Pareil au vent glacé qui chante au cimetière.

Mais de ces profondeurs où git l’atrocité
Montent des spectres fous chassant l’obscurité ;
Par leur valse légère aux couleurs boréales,

Ces êtres affolants, ces fantômes joyeux,
Font danser la surface en reflets mystérieux
Dévoilant à nos yeux leurs beautés abyssales.

Leave a Comment

Let us know your thoughts on this post but remember to place nicely folks!