"Sometimes, light hides more things than it shows"

Au port, poème

Au port­

 

Chalutier lourd et gras, carapace de rouille,
Ton huile dans le port comme une grande nappe
S’accumule à tes flans, et le sang qui te souille
Ne sent plus le poisson ni l’odeur des grands caps.
 

L’écho de leur clapot quand rentrent les plus jeunes
Remue cette grosse algue étouffant ton hélice
Et tu voudrais sortir ce long chalut qui jeune
Depuis qu’un capitaine a rejoint les hospices.
 

Tu attends que revienne un marin retapé,
Que crache ton moteur la fumée de sa pipe,
Qu’un équipage entier te mène à la tempête…
 

On rentrerait vainqueurs comme des rescapés,
Le pont serait glissant sous les pieds de trois types…
Ô vieux corps esseulé qui a perdu la tête !

Leave a Comment

Let us know your thoughts on this post but remember to place nicely folks!